samedi 18 juillet 2015

Bonjour à tous!

On se retrouve aujourd'hui pour un sujet que j'ai beaucoup hésité à aborder. Il n'a jamais été un tabou pour moi, mais j'avais un peu peur que vous le ressentiez comme de l'étalage de vie privée. J'ai quand même décidé de me lancer parce que c'est un sujet qui mérite qu'on en parle, mais que malheureusement, je n'ai pas, moi même, trouvé d'interlocuteurs renseignés sur le sujet ou qui serait au moins passé par là!

Comme le titre l'indique (très subtilement...), j'ai décidé d'arrêter la pilule. Pas dans l'optique de faire un bébé, juste pour arrêter "d'intoxiquer" (mot un peu fort je vous l'accorde mais je n'ai pas trouvé mieux) mon corps. Je ne déconseille pas la pilule, je ne la diabolise pas et je pense même qu'elle est indispensable dans certains cas, comme elle l'était pour moi à l'époque où je faisais mes études et où je n'aurais pas pu gérer un bébé surprise. Seulement voilà, mon expérience avec elle a été plus que mitigée. Pour vous expliquer tout ça, je crois qu'il faut que je vous explique mon parcours.

En 2010, je commençais ma première pilule, pilule que mon médecin généraliste jugeait révolutionnaire. Il s'agissait de Qlaira, pilule produite avec des hormones naturelles. Autant vous dire que j'étais emballée. Mais ça n'a malheureusement pas duré: Prise de poids de 10kg en 6 mois (toujours pas reperdus...), apparition de mes premières migraines, et surtout sautes d'humeurs, et beaucoup de pleurs sans véritables raisons. Par contre, règles régulières, moins douloureuses et diminution de l'acnée. 

Je suis donc, comme vous l'imaginez, revenu chez mon médecin pour changer de pilule. Evidemment, il a eu l'air de me prendre pour une folle quand je lui ai expliqué ça mais il a quand même consenti à me prescrire du Trinordiol. Là, un vrai changement, j'ai moins pris de poids, et surtout, je n'avais plus le sentiment d'être dépressive, prête à péter un plomb pour rien. Oui parce que pour la petite histoire, j'étais tellement émotive à l'époque Qlaira, que je me mettais à pleurer devant une fanfare... ou mon frigo vide! Non ne riez pas! Revenons à Trinordiol. Tout se passait donc mieux, hormis les migraines.... et un taux de cholestérol qui crevait le plafond. Après traitement anti-cholestérol, rien ne changeait.

C'est là que j'ai été à mon premier rendez-vous gynéco (un cap obligatoire!), gynéco choquée par les choix de pilule de mon médecin gé. Résultat: arrêt de Trinordiol et prise d'une pilule sans œstrogènes, Optimizette (qui a un nom super chouette hein?). Là-dessus, le cholestérol a diminué, les migraines aussi. Sauf que là, alors que je ne suis plus sensée avoir mes règles, je les avais toutes les deux semaines, et de façon totalement imprévue.  Autant vous dire que c'est plutôt contraignant

Toutes ces mauvaises expériences m'ont un peu dégoûté de la pilule contraceptive. En plus de ça, je ne suis pas très fan de l'idée de bombarder mon corps d'hormones, surtout quand on voit les mésaventures que ça occasionne à certaines jeunes filles. J'espère aussi diminuer mes migraines, peut-être perdre du poids, mais surtout retrouver la fille que j'étais avant, la fille qui gérait ses émotions, ne s'énervait pas et ne pleurait pas pour rien. Et les deux raisons bonus?? Déjà parce que je fais que de l'oublier (très sécuritaire tout ça...) mais aussi parce que je suis à un âge où je pourrais avoir envie de tomber enceinte et que ce jour là, je n'aurai pas envie d'attendre 1000 ans pour être en mesure de concevoir un bébé.

La raison d'être de cet article, c'est que j'avais envie qu'on échange à ce sujet, que vous ne vous sentiez plus seules quand votre gynéco vous dit, comme à moi, que c'est absurde d'arrêter. Je ne prône absolument pas l'arrêt de la pilule, ni n'incrimine les hormones. Je ressens juste que ce n'est pas fait pour moi. Parfois, je crois qu'il faut savoir écouter son corps. Nous avons de notre côté pris cette décision en couple et je vous encourage à faire de même! L'avenir me dira si j'ai pris la bonne décision, je suis en tout cas pleine d'espoir! 

J'aimerais maintenant beaucoup connaître vos avis ou expériences à ce sujet. 

Voudriez-vous que je vous donne le bilan de l'expérience dans 6 mois-1 an? 

A bientôt les copines! 


Rendez-vous sur Hellocoton !
Réactions :

Tagged: ,

19 commentaires :

  1. Les 2 premières pilules que j'ai eu, qui m'ont été prescrite par ma gynéco ont aussi été de mauvaises expériences : grande fatigue, migraines, courbatures dans tous le corps... Il y en une, à certains moment j'étais tellement mal que j'étais au bord du malaise. Ce qui en plus, me rendait irritable.
    C'est finalement mon médecin qui m'a ensuite prescrit Ludéal G et depuis plus aucun problème.
    Je suis bien contente d'avoir trouvé celle qui me convient mais je suis curieuse de lire ton futur bilan.
    À bientôt :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou Adeline,

      Merci pour ton commentaire.

      Je vois que toi aussi, tu en as vécu des vertes et des pas mûres avec ta pilule! Contente que tu aies trouvé la perle rare! Moi je lâche l'affaire, malgré quelques essais comme tu l'as vu!

      Je ferai sans doute le bilan, vu la réaction positive que cet article a suscité. :)

      A bientôt! Pleins de bisous!

      Supprimer
  2. Hello Justine !

    Merci pour cet article. En effet, la pilule touche à quelque chose d'intime, mais en même temps, tellement de femmes la prennent que c'est toujours intéressant de connaître les expériences de chacune, ne serait-ce que pour savoir ce qui pourrait éventuellement nous tomber dessus - sans oublier bien sûr que chaque corps réagit différemment. Etant donné ce que tu as vécu, je comprends que tu souhaites arrêter. J'espère que la transition se passera au mieux pour toi, et je serais en effet intéressée d'avoir ton bilan dans six mois, un an...

    Quant à moi, eh bien, pour être honnête...la pilule m'a sauvée la vie ! Les premières années où j'ai eu mes règles, tout se passait bien, et puis la situation a commencé progressivement à se détériorer : cycles irréguliers (pas de règles pendant 2 mois puis règles à 1 semaine et demi d'intervalle), règles longues (jusqu'à 7 jours de saignement), règles de plus en plus douloureuses...tout ça jusqu'à ce que cela devienne n'importe quoi : les douleurs sont devenues tellement insoutenables (et pourtant je gère bien mieux les douleurs violentes que les petits bobos) que ça me déclenchait des crises de spasmophilie et de tétanie et je me suis retrouvée plusieurs fois aux urgences...sous morphine ! Alors forcément, ni une ni deux, rendez-vous chez le gynécologue. On a alors découvert que le fonctionnement de mes hormones était complètement chaotique (c'est l'une des choses au milieu des ratés génétiques liés à ma conception). On m'a donc prescrit une pilule (choisie afin que le dosage me rééquilibre) et ça a vraiment changé ma vie. À partir de là, forcément j'ai eu des "cycles" réguliers, mais surtout, je n'étais plus condamnée à devoir cesser de vivre pendant plusieurs jours à cause de ça ! Et j'ai eu la chance de n'avoir subi aucun effet négatif, ce qui doit être en grande partie dû au fait que les hormones apportées par la pilule ont eu bien plus un rôle de régulation que de dérégulation sur mon corps. Pour ce qui est de devoir penser à la prendre chaque jour, j'ai la chance que ce soit devenu pour moi un réflexe et je la prends sans même devoir y penser. Je n'ai oublié de la prendre qu'une fois, j'ai pris la pilule du lendemain (d'ailleurs ça ne m'a absolument rien fait, ce qui prouve une fois de plus que mon corps supporte très bien ces hormones pour l'instant), et ça m'a tellement énervée que ça n'est plus jamais arrivé.

    Pour l'instant, je compte la continuer pendant encore quelques années - si je continue d'aussi bien la tolérer, bien évidemment - car je ne souhaite pas avoir d'enfant avant un certain temps. Et j'ai bon espoir que lorsque j'en voudrai un, mon corps sera coopérant.

    Merci encore d'avoir partagé ton expérience avec nous.

    Bisous

    Shasha

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou ma jolie!

      Quel parcours tu as eu encore, ton corps ne te laisse pas beaucoup de répits! Je te remercie d'avoir laissé ce témoignage qui prouve encore une fois que chaque femme réagit différemment.Toi, tu avais besoin de la pilule et moi elle ne me convient pas du tout. Je voulais traduire par cet article, non pas le fait que la pilule est diabolique, mais que chaque femme doit s'écouter pour trouver ce qui lui conviendra le mieux! Je trouve que ton témoignage est un peu la cerise sur le gâteau pour traduire cette pensée, la preuve qu'il n'y a pas de vérité absolue et que chacune doit trouver son équilibre !

      Je te souhaite que l'équilibre retrouvé continue et te remercie pour ce retour positif vis à vis de cet article!

      Pleins de bisous!

      Supprimer
  3. Super article ma belle, pour ma part, je n'ai jamais pris la pilule et je ne compte pas la prendre, je ne sais pas si tu as lu mon article mais j'ai déjà des problèmes d'hormone, puis mon gynécologue pense que il se peut que je tombe enceinte moins rapidement que la moyenne alors l'utilisation de la pilule me causerait plus d'ennui que d'aide. Après se n'ai pas le seul moyen de contraception, il y en a beaucoup d'autres, bon faut faire attention aussi, la pilule et compagnie c'est bien quand on est ensemble depuis un moment avec son copain, faut penser au maladie qui peuvent se transmettre, c'est pas gay ce que j'écris xd
    Vraiment un sujet très important ce que tu aborde, bravo :)

    Bisous
    Emma

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pas gai, mais vrai!

      Enfin, la pilule ne protège pas des MST de toute façon donc ça ne change rien niveau maladie. Cela dit, avant de prendre cette décision, j'ai bien attendu, et ça fait bientôt 5 ans que je suis en couple avec une personne en qui j'ai toute confiance!

      Tu as raison de ne pas prendre la pilule, en effet! Je n'ai pas vu ton article à ce sujet mais je le lirai bien volontiers. J'imagine que ça ne doit pas être facile de savoir que le jour venu, il ne sera pas facile de concevoir un bébé! J'espère tout de même que ça marchera bien pour toi, il n'y a pas de raisons et la médecine fait des miracles pour aider les futures mamans! :)

      Merci pour ton commentaire en tout cas!

      Bisous bisous ma belle!

      Supprimer
  4. Coucou Justine !

    Cet article, j'aurais pu l'écrire. 4 ans que je prends la pilule et 4 ans que j'ai du mal avec ce contraceptif... Malheureusement, je ne peux pas m'en passer pour l'instant, car je ne suis qu'étudiante.
    J'ai testé Qlaira pendant 3 ans, et ça a surtout été douloureux pour mon porte-monnaie.
    Je n'ai jamais eu de prise de poids. Mais j'ai gagné en cellulite x) et surtout, en mauvaise humeur et tristesse.
    Je prends mon mal en patience et j'espère la stopper dans 1 an et demi pour les mêmes raisons que toi.
    Je te recommande la vidéo sur le lien suivant : http://www.sirenebio.fr/blog/628-chute-de-cheveux-les-solutions
    J'ai très peur de l'après pilule, pourras-tu me tenir au courant de ton évolution ?

    Bisous,

    Julie

    RépondreSupprimer
  5. Coucou Julie,

    Ah tu as aussi eu Qlaira! Au moment où je l'ai eu, mon médecin gé la prescrivait à tout le monde. Mais il m'a expliqué par la suite que la plupart des femmes ne l'ont pas supporté et ont eu le même genre de problèmes que toi et moi! Pardon de le dire, mais c'est une vraie saloperie cette pilule on dirait!

    Par contre, ton lien fait un peu peur! ahah

    Je referai un article d'ici 6mois-1an pour vous donner un retour sur l'arrêt. J'ai longtemps repoussé car ça me faisait peur et comme toi, j'étais étudiante! Mais il est temps d'affronter ma trouille et de me lancer! j'espère que tu en auras aussi l'occasion bientôt! :)

    Bisous et merci pour ta visite!

    RépondreSupprimer
  6. Disons, que j'ai eu d'autres pilules avant Qlaira qui ont perturbé mon corps encore plus : Minidril et Varnoline.
    Aujourd'hui, je n'ai pas les moyens de financer Qlaira (35€ tous les 3 mois, je dis "merde"), surtout pour une contraception..... J'ai également beaucoup saigné du nez pendant presque 2 ans, parfois plusieurs fois par jour !!! J'ai su seulement en arrêtant Qlaira, que cela faisait partie des effets secondaires.
    J'ai déjà voulu passer au DIU cuivre, j'ai fait pas mal de forums, j'ai beaucoup posté, j'ai cherché des infos, j'ai trouvé quelques réponses.
    J'ai voulu l'arrêter plus d'une fois. Aujourd'hui, je suis sous Optilova, une pilule remboursée. Émotionnellement, ça ne va pas fort, mais j'ai connu pire. Je pense que si la situation n'empire pas, je terminerai avec celle-là, il ne reste qu'un an et demi, c'est rapide.... Ces hormones sont très longues à évacuer, et je pense arrêter 6 mois avant la fin de mes études pour commencer ma "vraie" vie sur le bon pied ! Et pouvoir avoir un bébé sans trop de mal lorsque ce sera le moment :)

    Bisous, et tiens nous au courant :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pas l'idéal tout ça!

      Par contre, je m'étais posée la question du DIU cuivre mais j'ai renoncé assez vite! Trop de risques de grossesses extra-utérines qui conduisent à un éclatement des trompes et une stérilité. Je ne voulais pas regretter, causer d'une certaine façon ma stérilité. En plus de ça, les statistiques du préservatif et du stérilet cuivre sont assez proches, donc autant éviter de mettre un bout de ferraille en toi si tu peux éviter! Après ce n'est que mon avis personnel.

      J'ai également eu quelques patientes dont les problèmes de fibromyalgies, de courbatures, de douleurs dorsales... se sont arrêtées nettes d'ès qu'elles ont enlevé le stérilet. Je n'en suis donc pas fan! :)

      Bisous ma belle!

      Supprimer
  7. Effectivement, ma gynéco n'a pas voulu me faire passer au stérilet. J'ai donc fini par oublier cette idée.
    Oui, effectivement, le stérilet cause apparemment des douleurs très importantes, c'est assez dissuasif :/

    RépondreSupprimer
  8. Coucou,

    ça me touche beaucoup ton petit article car comme toi j'ai eu des problèmes avec ma pilule et j'ai également pris du poids (12kg).

    Je ne comprenais pas pourquoi j'étais aussi dépressive et après avoir eu un burn-out et pris mon 12eme kilos, je suis allé voir mon médecin et ma gynéco... J'ai cherché pendant 2 ans à savoir pourquoi j'avais pris autant de poids et d'après les spécialistes mes humeurs et mes kilos n'étaient absolument pas dû à la pilule!

    Après avoir tous essayer, j'ai décidé d'arrêté ma pilule. Il a fallut plus de 6 mois pour que mon corps s'en remette. J'ai enchainé les cystites, infection vaginale.. Et après 6 mois, j'ai commencé à perdre gentiment mes kilos, alors que je ne faisais aucun effort en particulier. J'ai maintenant perdu 8 kg. 1 ans après l'arrêt.

    Je regrette pas de l'avoir arrêté et ce qui m'énerve le plus c'est que quand on va voir un spécialiste pour leur faire part de nos problèmes de poids ou d'humeurs. Ils nous rabâchent que ce n'est en aucun cas la pilule et que le problème vient d'ailleurs.

    Excuse moi d'avoir écrit la bible et des fautes d'orthographes.

    Bisous,
    Catarina

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Salut Catarina,

      Tu n'as aucune raison de t'excuser de ton petit roman, bien au contraire. Je vois qu'on a le même genre de parcours. Aucun médecin ne m'a prise au sérieux non plus quand je parlais de mes problèmes, ils avaient un ton condescendant absolument détestable, tellement que je n'ai pas osé arrêter jusqu'ici, par peur du jugement.

      J'écris cet article aussi pour le genre de commentaires que tu écris, ça me rassure d'avoir des expériences de personnes étant déjà passées par là, d'autant que le net regorge d'histoires atroces (chute de cheveux par poignée, douleur atroces dans le dos, règles ingérables et acné). ça aide d'avoir ton témoignage, puisque je me dis que je vais passer quelques mois difficiles mais qu'en fin de compte, ce n'est qu'un mauvais moment à passer!

      Merci donc pour ta contribution et pour ta visite !

      A bientôt j'espère! :)

      Supprimer
  9. Je pense que tu as bien fait ! J'ai eu une très mauvaise expérience avec la pilule alors que je la prenais depuis 6ans, et j'ai moi aussi décidé d'arrêter ! Mon médecin lui a été très compréhensif et m'a redirigé vers d'autres solutions. Personne ne vit et ne supporte les hormones de la même manière.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour ton témoignage!

      L'avenir me dire si j'ai eu raison mais merci pour ces encouragements en tout cas!

      A bientôt peut-être! :)

      Supprimer
  10. Bonjor,
    Je viens rajouter ma pierre à l'édifice puisque j'ai moi même arrêté la pilule il y'a 5 mois (que je prenais depuis 7ans) tout simplement parce que je n'avais plus de libido, que je ne supportai plus tout ces effets secondaires, le fait de devoir mettre un réveil permanent pour ne pas l'oublier fin bref...
    J'ai donc choisis comme nouvelle contraception un DUI en cuivre, et je pense vraiment qu'il faut arrêter de diaboliser cette contraception, qui pour le coup me parait dix fois moins dangereuse qu'une pilule!!! La pose n'est pas des plus agréable, mais la douleur ne dure pas et le stérilet se garde 5 ans! Il y'a eu des cas de perforation certes, mais comme dans chaque contraceptif il peut y'avoir des pb et c'est plus à mettre sur le coup du pas de chance...
    Mais vraiment je conseille à toute les filles d'en parler à leur gyni et de ne pas être rebutée dès le départ par ce contraceptif et de ne surtout pas partir sur des idées reçus...
    Et puis aussi au niveau du coup, les préservatifs reviennent très très cher à la longue pour une personne avec une sexualité "active" alors qu'un DUI coûte 30e remboursé!
    Bref tout ça pour dire que moi j'en suis très heureuse, et je conseille de lire l'article qu'à fait le Mag Madmoizelle dessus (ainsi que les comms sur le forum).

    Bonne journée!

    RépondreSupprimer
  11. Hello Marine,

    Merci pour ta visite et ton commentaire.

    Pour ma part, je ne diabolise ni le stérilet, ni la pilule. Dans mon commentaire du dessus, je me suis rendu compte que ça pouvait donner cette impression et que je ne m'étais pas expliquée.

    Il y a une raison pour laquelle je ne veux pas mettre de stérilet cuivre: c'est que ma gyné me l'a déconseillé, notamment parce que ma grand-mère et une tante ont fait des grossesses extra-utérines... sans stérilet. Donc comme l'influence de la génétique n'est pas exclu à ce sujet, on a estimé qu'il ne fallait mieux pas en plus augmenter mes chances d'en faire une en utilisant le stérilet. Je me reprocherais trop de devenir stérile si une trompe éclatait, alors que je connais déjà des prédispositions génétiques.

    Il faut aussi savoir que le stérilet a un impact sur le système viscéral ou d'équilibration, ce que je constate chaque jour dans mon travail. Je reçois des patientes qui connaissent de vifs maux de tête depuis la pause du stérilet ou qui ont une fonction posturale déséquilibrée! D'ailleurs ma gyné m'a dit qu'étant migraineuse, le stérilet pourrait empirer les choses, bien que tous les gynés ne le reconnaissent pas, je te l'accorde.

    Personnellement, j'ai fait un choix en connaissant mon corps. Je pense par contre que c'est tout à fait adapté pour beaucoup de femmes, dont toi visiblement! :)

    En tout cas, merci pour ton commentaire enrichissant.

    A bientôt j'espère!

    RépondreSupprimer
  12. Merci pour cet article, il est top! J'ai hâte que tu fasses un bilan 6 mois après, vraiment!

    Pour ma part, je suis vraiment d'accord avec toi. J'ai arrêté la pilule le mois dernier, ça faisait très longtemps que ça me trottait dans la tête, et j'ai profité d'un déplacement professionnel de mon mari de quatre mois pour le faire tranquillement (ben oui, quatre mois sans sexe, c'est le moment idéal !)

    Je me sens un peu seule car personne ne me comprend, et ne m'encourage dans ce choix. Pour les gens, si tu arrêtes la pilule, c'est soit que tu veux un bébé, soit que tu es sur le point de faire une thrombose, basta.

    J'ai commencé à prendre la pilule à 15 ans, soit à peine deux ans après mes premières règles, pour régler de gros soucis d'acné. J'ai testé énormément de pilules, il y avait toujours un souci différent. J'ai commencé avec la Diane35 qui m'a fait prendre 10kg en deux mois ! (j'ai adoré la mauvaise foi de mon médecin qui continuait à me soutenir mordicus que la pilule ne faisait pas grossir tout en constatant ma prise de poids alarmante). Puis je suis passée à la minidril qui m'a donné des migraines absolument insoutenables, je perdais presque connaissance à chaque semaine d'arret. Ensuite j'ai essayé la Leeloo, qui m'a permis d'expérimenter les règles en continu : 30 jours de règles par mois, le rêve non? Pour finir par la jasminelle, que je tolérais plutôt pas mal, mais qui était hors de prix (40€ la boite pour 3 mois, normal).

    Et puis, plein d'autres inconvénients sont venus se rajouter par dessus cette histoire de budget : déjà je suis devenue végétarienne et hyper écolo, et la pilule est devenue assez incohérente avec mon nouveau mode de vie. Puis toute ma libido a disparu, vraiment. Et enfin, je sentais que la pilule faisait la loi dans ma tête : dépression, hypersensibilité, sensation de faim absolument permanente...

    Mais la raison principale, et ça peut paraitre mièvre ou stupide, c'était que j'avais l'impression de "passer à côté de ma féminité". Au moment où j'ai commencé à la prendre, j'étais encore gamine. Et presque dix ans plus tard, j'ai réalisé que je ne m'étais jamais sentie ovuler, je n'avais jamais pu constater les variations de ma libido en fonction de mon cycle, que je n'avais jamais laissé mon corps, cette machine merveilleuse, faire le travail tout seul.

    Enfin bref, désolée pour la pavé mais j'avais trop besoin d'exprimer mon point de vue et mon histoire à une oreille compréhensive!

    Et vivement le bilan 6 mois après!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Salut Marion,

      Pardon pour le retard, j'ai lu ton commentaire il y a un petit moment mais je voulais prendre vraiment le temps de te répondre! Finalement, déménagement oblige, internet m'a fait défaut mais me voilà... enfin! Mieux vaut tard que jamais comme on dit! ahah

      En tout cas, ton commentaire m'a tellement, mais tellement parlé!!! Je sais exactement ce que ça fait d'être incomprise par ses proches et par son médecin qui te prend pour une idiote complète, une fille hyper tradi qui ne veut pas de la pilule, comme si ça signifiait que tu n'étais pas une femme de ce siècle. Comme toi, mon medecin m'a dit que les kilos que je prenais ne pouvaient pas venir de la pilule. J'ai fait beaucoup de régime, aucun n'a marché. Et bizarrement, j'arrête la pilule, je rééquilibre mon alimentation (vraiment pas strictement), et je perds 6 kg le mois suivant....
      Ton mari te soutient dans cette démarche?

      Comme toi, avec la pilule, plus trop de libido, beaucoup de sauts d'humeurs, tout le temps déprimée. Je vais te spoiler un peu l'article des 6 mois après, mais très franchement ça va bien mieux.

      Ce n'est pas tout rose, il y a des inconvénients qui sont apparus aussi. Mais dans l'ensemble, je ne regrette pas mon choix.

      Comme toi également, je me tourne vers une vie de plus en plus tournée vers le naturel. Avec ma profession, je vois chaque jour de quoi le corps humain est capable, je vois à quel point le corps peut s'auto-réguler, à quel point le système est en équilibre. Donc ça ne me plaisait plus de venir mettre un grain de sable (alias pilule) dans la machine. Finalement c'est un peu les même motivations que toi. ;)

      Je te félicite donc d'avoir écouté ton corps, n'hésite pas à revenir nous faire part de ton expérience, ça m’intéresse. Et si tu as des questions (comme j'en ai eu le premier mois), je serais plus que ravie de te faire part de mon expérience!

      A très bientôt ma jolie!!

      Supprimer